Articles: Valeur:Panier  |  Paiement
AccueilRejoignez-nous sur Facebook Ajoutez aux favorisContactez-nous
Catalogue en ligne
[ Accueil ] [ Remonter ] [ Catalogue ] [ Conditions de vente ] [ Recherche ] [ Panier ] [ Paiement  ] [ Contact ] 


VOUS ETES ICI :LES DOSSIERS MALIBRAN | Paoli Antonio

      Paoli Antonio
Le ténor corse retrouvé

Le ténor corse retrouvé

Antonio Paoli et la ville de Canari dans le Cap Corse

est né à Ponce, Porto Rico, le 14 avril 1871. Son père était corse tandis que sa mère venait du Vénézuela. Paoli avait une sœur (Amalia Paoli), son aînée de dix ans, qui était cantatrice d’opéra. En 1890, Paoli reçut une bourse d’étude pour l’académie militaire de Toledo. C’est alors que l’on découvrit sa voix. Paoli commença l’étude du chant avec Antonio Baldelli, une basse encore en activité. On sait que Paoli a chanté avec sa sœur et professeur le 17 octobre 1895 lors d’un concert à Valladolid, qui aurait pu être l’une des étapes d’une tournée en Espagne. Différentes sources donnent diverses dates pour les débuts sur scène de Paoli. Celle qui semble la plus probable est le 23 novembre 1897 à Valence dans Lucie de Lammermoor. Malheureusement, on sait peu de choses sur les activités lyriques dans cette province à l’époque. Cela reste un vaste sujet de recherches. La première apparition connue de Paoli sur une scène importante fut à Paris à l’Opéra dans le rôle d’Arnold (le 26 avril 1899 avec Bosman, Lafitte, Noté et Vidal pour chef d’orchestre durant six représentations). En1902, Paoli fut engagé par Mascagni pour sa tournée en Amérique durant l’automne de cette année. Paoli chanta Cavalleria Rusticana à Philadelphie (12 octobre 1902), Cleveland, Buffalo, Toronto, Montréal et Boston, tandis que le ténor Schiavazzi chantait Osaka dans Iris durant cette même tournée. Cette dernière se termina par un désastre financier et personne ne fut payé. Paoli retourna en Italie. A partir du 18 avril 1903, Paoli a chanté une sérié de Trouvère avec Ruffo. Paoli chanta de nouveau Le Trouvère au Teatro dal Verme à Milan, au Malibran de Venise et au Politeama d’Azeglio à Bologne. Durant son séjour à Bologne, il chanta Un Bal Masqué, probablement pour la première fois. En automne, Paoli chanta de nouveau Le Trouvère et sa premier e Aïda (à Trieste) et ouvrit la saison de carnaval à Florence en chantant son premier Otello le 26 décembre 1903. Il créa aussi Oblio, opéra de Renato Brogi En 1904, iil chanta en Autriche, ajoutant Lohengrin à son répertoire. A Lisbonne, durant l’hiver 1903/1905, il chanta Otello (avec Giuseppe Kaschmann), Le Roi de Lahore et Guillaume Tell, le premier depuis celui de Paris (11 janvier 1905, avec Palermi, Bouvet, Mariani et Acerbi (4 au total)). Paoli vint à Madrid chanter Otello et Le Trouvère avant de partir pour Saint Petersbourg où il se produisit avec Ruffo dans Aïda et Le Trouvère, tandis qu’il chantait aussi dans Les Huguenots, Lucie de Lammermoor et Otello. Paoli vint faire unee tournée en Andalousie (Séville, Cordoba, Malaga). En 1906, il chanta à Madrid, Naples, en Amérique du Sud (Santiago, Valparaiso) (durant ce séjour, il y eut un tremblement d »e terre qui détruisit le Théâtre Victoria). En mars/avril 1907, il chanta au San Carlo, ajoutant Samson et Dalila à son répertoire. En 1908, il se rendit à Buenos Aires pour l’ouverture du Théâtre Colon, qui comptait parmi ses ténors Bassi et Borgati. Il y chanta Otello avec Farneti et Rufffo le 18 juillet 1908, suivi du Trouvère en août et septembre. Le 30 janvier 1910, il chanta à La Scala Samson et Dalila avec Parsi-Pettinella. Il y remplaça Bassi, malade, dans l’Africaine le 25 mars et lors de représentations ultérieures avec Mazzoleni et Viglione-Borghese. Paoli fut à Madrid pour la saison 1910/1911, puis il chanta à Gênes. En 1912, il retourna à Buenos Aires. Le rythme de ses prestations se ralentit. Durant l’année 1913 et la première partie de la guerre, Paoli resta inactif. Le 31 janvier 1917, il chanta au Constanzi de Rome dans Samson et Dalila avec Besanzoni. Vint ensuite une série de Trouvère avec Mazzoleni et Besanzoni. Après plusieurs Otello et Manrico fin 1917 et début 1918 le point culminant de 1918 fut la reprise de Guglielmo Ratcliff le 18 juin au Lirico Internationale. Sur cette même scène, Paoli participa à la reprise de Marion Delorme le 18 avril 1919 avec Burzio et Bellantoni. Durant la fin de 1919, il fit une tournée en Amérique du Sud : Buenos Aires (Otello, Aïda) Montevideo (Otello), Rio de Janeiro (Otello, Mose). En 1920, il chanta à Lisbonne, Rome et Naples. Sa carrière commença à se ralentir : 1920/1, l’Egypte (Le Caire et peut-être Alexandrie). 1921 ses dernières apparitions à Milan et Turin dans Otello. Après quoi il chanta occasionnellement pour la compagnie Salmaggi (fin 1922 et 1927/8), et la compagnie San Carlo (la Havane 1926, NewYork 1926). Il donna des concerts et chanta des opéras à San Juan. Paoli a enregistré 53 faces de 78 t/m dont certains sujets inhabituels : Mademoiselle de Belle Isle (Si io t'amo), Déjanire (Viens, o toi) et Robert le Diable (Sicilienne et " les Chevaliers de ma patrie "). Si la sicilienne a été gravée par deux autres ténors (Escalaïs et Palet), les trois autres titres sont uniques dans le domaine de l'enregistrement en 78 t/m. Paoli fut le premier ténor d'opéra à enregistrer un opéra en entier. En effet, il fut choisi par Léoncavallo pour faire partie de la troupe qui enregistra Paillasse en 1907 sous sa supervision. Le chef des chœurs et de l'orchestre de La Scala était Carlo Sabajno. Paoli chantait le rôle titre, il avait pour partenaires Giuseppina Huguet, Francesco Cigada (Tonio), Ernesto Badini (Silvio), et Gaetano Pini-Corsi (Beppe).Paoli se retira à Porto Rico où il ouvrit une école de chant avec sa soeur Amalia.
Il mourut en 1946

(Please refer to http://francoisnouvion.net/main/paolibookreview.html , and for details) De récentes recherches menées par Jacques SCAGLIA, à la mairie de Canari 20217 en Corse, nous ont permi de découvrir les origines corses de ce fabuleux ténor.

Texte anglais de François NOUVION, traduction de Jean ZIEGLER


VOUS ETES ICI :LES DOSSIERS MALIBRAN | Paoli Antonio