Articles: Valeur:Panier  |  Paiement
AccueilRejoignez-nous sur Facebook Ajoutez aux favorisContactez-nous
Catalogue en ligne
[ Accueil ] [ Remonter ] [ Catalogue ] [ Conditions de vente ] [ Recherche ] [ Panier ] [ Paiement  ] [ Contact ] 


VOUS ETES ICI :LES DOSSIERS MALIBRAN | Charles Burles

      Charles Burles
Le dernier ténor leger français
En faisant ce CD j'ai découvert en plus du merveilleux ténor que je connaissais, un homme assez extraordinaire, splendide conteur, on peut dire auréolé d'un charme mystérieux. Après Devries et Villabella il est le dernier représentant du ténor "de grâce" à la française.
Il fait aussi merveille dans le répertoire italien
Carlo Ciabrini

Charles Burles est né le 21 juin 1936 à Marseille dans une famille de mélomanes. Tout jeune il chante dans des chorales et gagne de nombreux concours. Peintre décorateur il rêve d'être ténor et travaille avec Léon Cazauran. Il débute à Toulon en 1958 dans le Barbier de Séville. Deux mois après, il part faire son service militaire en Algérie où il Continue de travailler à l'opéra d'Oran. A son retour il enregistre pour l'album lyrique, Emission du dimanche matin « La vie de Bohème » avec Hélène Piroir et Valère Blouse. En 1963 il est engagé par Louis Ducreux dans la troupe de l'Opéra de Marseille où il chante tous les rôles de ténor léger. Mais c'est en 1968 pour la reprise de La Juive à Toulon dans le rôle périlleux de Léopold au coté de Tony Poncet que sa carrière va véritablement être lancée. En 1969 il chante son premier Jongleur de Notre-Dame de Massenet, la critique est unanime. P. Bessand Massenet petit fils du compositeur Déclare : « Je crois être l'interprète de ce qu'aurait éprouvé Massenet en disant qu'aucun artiste n'a été un interprète aussi émouvant, aussi impressionnant, que Charles Burles ». Jean Giraudeau l'appelle à l'Opéra-Comique en 1969. Il y débute dans Zoroastre De Rameau. En 1970 il crée « L'Annonce faites à Marie » de Paul Claudel musique de Renzo Rossellini, qu'il chantera à Turin et Venise. En 1971 L. Ducreux remonte pour lui « le Postillon de Longjumeau » qu'il chantera sur plusieurs scènes lyriques. Bernard Gavotty déclare : « C. Burles ténor ultra léger vocalise dans le sur aigu, avec une virtuosité de brodeuse » Il reprend aussi La Dame Blanche, Si j'étais Roi » sans oublier le Barbier. En 1973 l'opéra de Gand (Belgique) fait appel à lui pour le rôle d'Arturo des Puritains avec Maria Fleta la petite fille de Miguel Fleta. Respectant la tonalité de la partition il donnera le contre fa (credea si misera...) du troisième acte. En 1977 Rolf Libermann le distribue dans Platée de Rameau. Il ajoutera l'enlèvement au Sérail de Mozart et le Mariage Secret de Cimarosa à son répertoire. Avec un égal succès il sera l'interprète des Pécheurs de Perles, souvent aux cotés de son ami le baryton Pierre Le Hémonet, Mignon, La Fille du Régiment, Don Pasquale, L'Italienne à Alger, Le siège de Corinthe, Le Comte Ory, Mireille, Les Paladins; mais aussi la Bohème et Rigoletto il ne dédaignera pas l'opérette. A partir de 1996 il chante et joue les rôles de composition. Il fait ses adieux en 2006 dans le rôle d'Altoum de Turandot à Marseille.
Fin ciseleur, tel un orfèvre à la diction impeccable, élégance de la ligne de chant, des nuances et du phrasé, maitrise de l'aigu avec diminuendo sans rupture du passage forte au passage piano, il laissera le souvenir d'un ténor généreux n'hésitant pas à bisser pour satisfaire le public.
Digne successeur de Miguel Villabella, il a enregistré : La Belle Hélène, Lakmé, Le Barbier de Seville Guillaume Tell ainsi que de nombreuses opérettes.
Jacqueline Pongy
Le dernier ténor leger français
The lost french styleThe lost french style
Charles Burles was born on June 21st 1936 at Marseilles into a music-loving family. At an early age he sang in choirs and won numerous competitions. A painter decorator, he dreamed of becoming a tenor and studies with Léon Cazauran. He made his debut at Toulon in 1958 in The Barber of Seville. Two months later he left to do his military service in Algeria where he continued to work at the Opera in Oran. After his return he recorded “La vie de Bohème” with Hélène Piroir and Valère Blouse. In 1963 he was engaged by Louis Ducreux for the Marseille Opera where he sang all the light tenor roles. But it was in 1968 in the revival of “La Juive” in Toulon in the perilous role of Leopold, along side Tony Poncet that his career really took off. In 1969 he sang his first “Jongleur de Notre-Dame” by Massenet. The response from the critic was unanimous. P. Bessand Massenet, the grandson of the composer declared “I believe that Massenet would have approved of the interpreter, in saying that no other artist has interpreted the role in a more moving and impressive way than Charles Burles.” Jean Giraudeau called him to the Opéra Comique in 1969. He made his debut there in Zoroastre by Rameau. In 1970 he created Claudel's “L'Annonce faites a Marie” with music by Renzo Rossellini, which he also sang in Turin and Venice. In 1971 L. Ducreux put on “Le Postillon de Longjumeau” for him and which he then sang in several opera houses. Bernard Gavotty declared; “C. Burles, the very high tenor vocalised his top notes with the virtuosity of an embroiderer. He also took on “La Dame Blanche” and “ Si j'etais roi”, not to forget the Barber. In 1973 the Ghent Opera (Belgium) invited him for the role of Arturo in “I Puritani” with Maria Fleta, the granddaughter of Miguel Fleta. Respecting the pitch of the score he gave the high F in the third act. In 1977 Rolf Libermann cast him in Platée by Rameau. In addition he added “The Abduction from the Seraglio” by Mozart and Cimarosa.s “Secret Marriage” to his repertoire. With equal success he sang in “Les Pecheurs de Perles, often with his friend the baritone Pierre Le Hémonet, “Mignon”, “Don Pasquale” “The Italian girl in Algiers”, “The Siege of Corinth” “Comte Ory” “Mireille”, “Les Paladins; but also “La Boheme” and “Rigoletto”.He did not disdain to sing operettas either. From 1996 he sang and played comprimario roles. He made his farewell in 2006 in the role of Altoum in Turandot in Marseille.A fine craftsman with impreccable diction, elegance of vocal line, nuances and phrasing, master of high notes and a fine diminuendo from loud to soft without breaking, he left the memory of a generous tenor always willing to offer an encore to satisfy the public.
A worthy successor to Miguel Villabella, he recorded “La Belle Hélène”, “Lakmé”, “The Barber”, “William Tell” and numerous operettas.
Jacqueline Pongy, traduction de Patrick Bade

Recital Charles Burles 2 CD

Récital Charles Burles en telechargement / Download

MR 714-T


VOUS ETES ICI :LES DOSSIERS MALIBRAN | Charles Burles