Articles: Valeur:Panier  |  Paiement
AccueilRejoignez-nous sur Facebook Ajoutez aux favorisContactez-nous
Catalogue en ligne
[ Accueil ] [ Remonter ] [ Catalogue ] [ Conditions de vente ] [ Recherche ] [ Panier ] [ Paiement  ] [ Contact ] 


VOUS ETES ICI :INTERPRETES | TENORS |  Fontaine Charles

      Fontaine Charles
Charles Fontaine Ref: MR591

Charles FONTAINE 1878 - 1955

01 Guillaume Tell (Rossini) – « Ah, Mathilde »-(avec Noté) – Pathé 2547
02 Les Pêcheurs de Perles (Bizet) – Duo du 1er acte (avec Noté) – Pathé 2547
03 La Muette de Portici (Auber) – « Amour sacré » (avec Noté) – Pathé 2548 (1917)
04 Reine de Chypre (Halévy) – Duo « Dites lui » (avec Noté) – Pathé 2548 (1917)
05 Guillaume Tell (Rossini) –« Asile héréditaire » - Pathé 59077 (1919) 06 Lakmé (Delibes) – « Prendre le dessin d’un bijou » - Pathé 59080 (1919)
07 Le Jongleur de Notre Dame (Massenet) – « O liberté » -Pathé 0284 (1920)
08 La Juive (Halévy) – « Dieu, que ma voix tremblante » - Pathé 0281 (1920)
09 Dimitri (Joncière) – Romance – Pathé 0281 (1920)
10 Dimitri (Joncière) – Invocation – Pathé 0285 (1920)
11 Aîda (Verdi) – « O céleste Aïda » - Pathé 0376 (1923) 12 Lohengrin (Wagner) – Récit du Graal – Pathé 0376 (1923) 13 La Juive (Halévy) – « Rachel, quand du Seigneur » - Pathé 0285 (1920)
14 Roma (Massenet) – Scène de Lentulus – Pathé 0283 (1920) 15 La Bohème (Puccini) – « Que cette main est froide » - Pathé 0283 (1920)
16 Noêl de Victoire (Fntaine) – Pathé 0284 (1920)
- - -
Le Trouvère (Verdi – traduction française d’Emilien Pacini)
Extraits avec Jane Morlet, Ketty Lapeyrette, Fontaine et Jean Noté.

17 « Exilé sur la terre » suivi du trio Morlet, Fontaine, Noté 18 « Au milieu de la carrière » Lapyrette, Fontaine 19 « O toi, mon seul espoir » et « Supplice infâme » Fontaine 20 Finale – Lapeyrette, Morlet, Fontaine, Noté


Nous savons peu de choses sur la jeunesse de l’excellent ténor belge Charles Fontaine, sinon qu’il est né à Dinant le 23 mai 1878 (dédédé a la maison de retraitre des artistes de Pont aux dames le 9 juin 1955).et qu’il a fait ses études musicales au Conservatoire de Bruxelles où il eut notamment pour professeur Demest. Après des débuts remarqués lors de la saison 1903/1904 au théâtre royal à la Haye puis sur plusieurs scènes belges et françaises, notamment à Lyon, dans des rôles tels que Don José, Faust, Julien, des Grieux,… il semble, d’après la critique britannique, qu’il ait été moins apprécié lorsqu’il chanta Samson, Faust et Renaud de Armide (Gluck) lors de la saison d’hiver 1909 au Covent Garden. Déçu, il retrouva avec plaisir un chaleureux public dans les salles de province en France. Sa réputation grandissante lui valut d’être embauché à l’Opéra de Paris où il débuta le 7 juillet 1911 dans le périlleux rôle de Raoul des Huguenots. Tout en .ne négligeant pas son pays d’origine –il y forma avec Yvonne Gall le couple idéal dans Roméo et Juliette- il fut jusqu’en 1914 l’un des membres les plus assidus de notre première scène, y chantant avec un égal bonheur, Radamès, Lohengrin, Faust, Arnold, le Duc de Mantoue, Faust de La Damnation, Roméo, Marcomir des Barbares (Saint-Saëns), Gennaro des Joyaux de la Madone (Wolf-Ferrari). Le 27 décembre 1914, il débuta dans Don José à l’Opéra-Comique où il fut par la suite Dominique de l’Attaque du Moulin, La Jongleur de Notre Dame, Gérald, Julien, Mylio, Canio, Cavaradossi, Rodolphe de La Bohème, Hoffmann, des Grieux,… Il a créé Lorenzo dans Béatrice (Messager), Almério dans Gismonda (Henry Février) aux côtés de Fanny Heldy et Albers. En 1912, il a été choisi pour enregistrer Manrique dans la première intégrale du Trouvère en Français sous la direction de François Ruhlmann (19 disques acoustiques). Il a chanté Jean Gaussin de Sapho lors du gala de l’Amitié Franco-italienne en 1917 à la Scala. Après un séjour à l’Opéra de Chicago, il revint en 1920 en France où les théâtres de province lui firent le plus chaleureux accueil puis au Palais Garnier où il chanta Canio, Hérode de Salomé, Prinzivalle de Monna Vanna et Otbert des Burgraves de Léo Sachs. Ce chanteur, au départ ténor demi-caractère, possédait un aigu rayonnant autant qu’une extrême faculté d’adaptation qui lui permettait de passer avec une aisance confondante du sombre Vieil Aigle de Raoul Gunsbourg à la charmante Madame Chrysanthème. Après une carrière longue et chargée, il se retira discrètement.
.
Little is known about the early years of the excellent Belgian tenor Charles fontaine apart from the fact that he was born in Antwerp in 1878 and that he studied music at the Brussels Conservatoire, notably under Professor Demest.
After his successful debuts on the French stages, above all at Lyons, it seems from British reviews that he was less appreciated when he sang Samson, Faust and Renaud in “Armide” (Gluck) in the Winter Season of 1909 at Covent Garden. Disappointed, he was pleased to return to the enthusiastic public in the French provincial theatres. His growing reoutation won him an engagement at the Paris Opera where he made his debut on July 7 1911 in the difficult role of Raoul in “Les Huguenots” while not neglecting his native country - where he and Yvonne Gall were the ideal couple in Romeo et Juliette, he remained until 1914 at the Paris Opera, where he sang with equal success the roles of Radames, Lohengrin, Faust, Arnold, the Duke of Mantua, Marcomir in “Les Barabares” (Saint-Saens),and Gennaro in “The Jewels of the Madonna”(Wolf-Ferrari). On December 27 1914 he made his debut as Don Jose at the Opera Comique, following which he sang Dominique in “L’Attaque du Moulin”, Le Jongleur de Notre Dame, Gerald, Julien, Mylio, Canio, Cavaradossi, Rodolphe in “La Boheme”. Hoffmann, des Grieux,...He created the roles of Lorenzo in “Beatrice” (Messager), Almerio in “Gismonda” (Henry Fevrier) with Fanny Heldy and Albers. In 1912 he was chosen to record Manrico in the first complete recording of “Il Trovatore” in French conducted by Francois Ruhlmann (on 19 acoustic discs) He sang Jean Gaussin in “Sapho” in the gala for Franco-Italian friendship at La Scala in 1917. After period at the Chicago opera he came back to France in 1920 where he was given the warmest reception in the French provincial theatres and then at the Palais Garnier, where he sang Canio, Herod in “Salome”, Prinzivalle in “Monna Vanna” and Otbert in “Les Burgraves” by Leo Sachs. He died on june 9th1955

Texte de Jean ZIEGLER et traduction de Patrick BADE


Version CD 10,83 € HT (TVA à 20%)

VOUS ETES ICI :INTERPRETES | TENORS |  Fontaine Charles