Articles: Valeur:Panier  |  Paiement
AccueilRejoignez-nous sur Facebook Ajoutez aux favorisContactez-nous
Catalogue en ligne
[ Accueil ] [ Remonter ] [ Catalogue ] [ Conditions de vente ] [ Recherche ] [ Panier ] [ Paiement  ] [ Contact ] 


VOUS ETES ICI :NOUVEAUTES  | MALIBRAN

      MALIBRAN
Don Carlos - Verdi 2CDDon Carlos - Verdi 2CD      Ref: MR818
Version française

Vanzo, Bianco, Depraz, Lovano, Mars, Bonnet, Macaux,
Charles Brück Paris 1961

Disponible / Available 25 octobre 2017
15,83 € HT (TVA à 20%)

Liliane BertonLiliane Berton      Ref: MR815

01 Glück : Orphée (Si les doux accords) – Louis de Froment 1955
02 Mozart : Les Noces de Figaro (Sull aria) L.Gencer - S.Varviso (Glyndebourne 1963)
03 Mozart : Les Noces de Figaro (Viens, cher amant) - Jean Fournet 1964
04 Rossini : Le Barbier de Séville (Rien ne peut changer mon âme) – Jules Gressier 1955
05 Massé : Les Noces de Jeannette (Au bord du chemin) – Pierre Cruchon 1960
06 Adam : Si j’étais roi (De vos nobles aïeux) – Richard Blareau 1960
07 Meyerbeer : Dinorah (Ombre légère) – Jules Gressier 1955
08 Gounod : Faust (Faites-lui mes aveux) – André Cluytens 1958
09 Bizet : Les Pêcheurs de Perles (Me voilà seule dans la nuit) – Jean Laforge 1958
10 Bizet : Le Docteur Miracle (Ne me grondez pas) – Antonio de Almeida
11 Massenet : Werther (Frère, voyez!) – Jules Gressier 1957
12 Poulenc:Dialogue des Carmélites (Encore ces maudites... ) D.Duval - P. Dervaux 1958
13 Milhaud : Bolivar (air de Manuela) – Serge Baudo 1962
14 Menotti : Le Téléphone (Allo, Margaret, c’est toi !) - Alain Lombard (Monte-Carlo 1960)
15 Audran : La Cigale et la Fourmi (Un jour Margot) – Marcel Cariven 1955
16 Messager : Monsieur Beaucaire (Rossignol) – Jean Laforge 1958
17 Messager : Véronique (Petite dinde) – Jules Gressier 1952
18 Messager : Isoline (Je suis jolie) – Jules Gressier 1955
19 Cuvillier : La Reine joyeuse (Ô la troublante... ) avec Robert Massard – Roger Ellis 1955
20 Hahn : Ciboulette (C’est sa banlieue) – Jean Laforge 1958
21 Youmans : No, no, Nanette (Non, non, Nanette) – Paul Bonneau 1954
22 Schubert : Le Ciel est pur (Auf dem Wasser zu singen) – Jean Laforge 1958
10,83 € HT (TVA à 20%)

Fedora-Giordano Fedora-Giordano       Ref: MR816
Gilda Dalla Rizza (sop) : La Principessa Fedora Romazoff
Antonio Melandri (ten) : Il Conte Loris Ipanoff
Emilio Ghirardini (bar) : Il Conte Giovanni de Siriex, diplomatico francese
Corrado Zambelli (bs) : Gretch, ufficiale di Polizia
Ebe Ticozzi (mz) : Dimitri, un ragazzo
Luba Mirella (sop) : La Contessa Olga Sukarev
Ernesto Dominici : Cirillo, cocchiere, Piero Girardi : Désiré, camariere & il Barone Rouvel, Blando Giusti : Boroff, medico & Nicola, staffiere, Eugenio Dall'Argine : Loreck, chirurgo, Antonio Alfieri : Sergio, staffiere, Z Chirarini : Michele, portinaio, Ida Mannarini (mz) : Un piccolo Savoiardo
Bernardo de Plaisant (piano solo dans le notturno, acte 2) : Boleslao Lazinski, pianista
Orch e Coro del Teatro alla Scala Milano dir Lorenzo MOLAJOLI (1931)

BONUS
09 Gemma Bellincioni:Fedora: O grandi occhi lucenti (CR) G&T (Atto 1°)
10 Enrico Caruso: Fedora: Amor ti vieta (CR) G&T (Atto 2°)
11 Titta Ruffo: Fedora: La donna russa Pathé (1904)
12 Amadeo Bassi Fedora: Amor ti vieta Pathé (1904)
13 Nora de Rosa Fedora: Ed ecco il suo ritratto ... O grandi occhi lucenti (Atto 1°) Cetra (1942)
14 Fernando de Lucia Fedora: Amor ti vieta (Atto 2°) G&T 52436, 2865 non transposé
15 Fernando de Lucia Fedora: Mia madre, la mia vecchia madre (Atto 2°) G&T 52077, 21531
16 Fernando de Lucia Fedora: Vedi, io piango (Atto 2°) G&T 52078, 21541
17 Bianca Lenzi Fedora: Dio di Giustizia Pathé 86235 AICC Milano 1912-13 (Atto 3°)
(grâce à l'amabilité de Monsieur Henri CHAMOUX http://www.phonobase.org/ )
18 Emma Carelli & Elvino Ventura Fedora: Tutto tramonta "Morte di Fedora" Fonotipia
19 Alessandro Bonci Fedora: Amor ti vieta Fonotipia 92103, XPh 2698 (1907)
20 Giannina Russ Fedora: O grandi occhi lucenti Fonotipia
21 G. Russ & Edoardo Garbin Fedora: Tutto tramonto ... tutto diligue "Morte di Fedora" Fonotipia
22 Giuseppe Anselmi Fedora: Amor ti vieta Fonotipia
23 Giacomo Rimini Fedora: Canzonetta russa (Atto 2°) Vocalion
24 Emile Scaramberg Fédora: Le ciel te livre à mon amour + orch Fonotipia (en français)
25 Galliano Masini Fedora: La fante mi svela … Vedi, io piango (Atto 2°) Cetra
15,83 € HT (TVA à 20%)

Wozzeck-Berg en français 2CDWozzeck-Berg en français 2CD      Ref: MR819


Lucienne MAREE (Marie)
Irma KOLASSI (Margret)
Lucien LOVANO (Wozzeck)
Georges JOUATTE (Le Tambour-Major)
Joseph PEYRON (Le Capitaine)
André VESSIERES (Le Docteur)
Gaston REY (Andrès)
Maurice PRIGENT (Le Fou)
Bernard DEMIGNY (1er Manoeuvre)
Jean-Christophe BENOÎT (2e Manoeuvre)

dir : Jascha HORENSTEIN
(RTF 09/XI/50)

Stravinsky

MAVRA

Claudine VERNEUIL - Jeanne FARIA
Suzanne DARBANS - Joseph PEYRON
Maurice PRIGENT - Yvon LE MARC'HADOUR
Gaëtan AUZENEAU

RENARD
Joseph PEYRON - Yvon LE MARC'HADOUR
Maurice PRIGENT - Gaëtan AUZENEAU
Orchestre National de la RDF
Manuel ROSENTHAL
(Paris, 21/III/46)





15,83 € HT (TVA à 20%)

Gérard SerkoyanGérard Serkoyan      Ref: MR811
Gérard SERKOYAN
1 Mozart : Die Zauberflöte (In diesen heil'gen) - dir: Jean-Paul Kreder (1962)
2 Halévy : La Juive (Si la rigueur) - dir : Marcel Couraud (1962)
3 Rossini : Le Barbier de Séville (C'est d'abord rumeur légère) - dir: J.C. Hartemann (1967)
4 Berlioz : La Damnation de Faust (Chanson de la puce) - dir : Georges Derveaux (1961)
5 Berlioz : La Damnation de Faust (Voici des roses) - dir : Georges Derveaux (1961)
6 Berlioz : La Damnation de Faust (Sérénade) - dir : Georges Derveaux (1961)
7 Verdi : Rigoletto (Seigneur…) avec Gabriel Bacquier - dir: J.C. Hartemann (1961)
8 Verdi : Il Trovatore (Di due figli vivea padre beato)
9 Moussorgski: Boris Godounov (Pour terminer) - dir : P.M. Le Conte
10 Moussorgski: Boris Godounov (D'un noble moine) - dir : P.M. Le Conte
11 Thomas : Hamlet (Je t'implore, ô mon frère) - dir : P. Dervaux (1966)
12 Gounod : Mireille (Un père parle en père) - dir : R.P. Chouteau (1965)
13 Gounod : La Reine de Saba (Sous les pieds d'une femme)
14 Gounod : Philémon et Baucis (Eh quoi ? Parce que Mercure)
15 Gounod : Philémon et Baucis (Vénus même n'est pas plus belle)
16 Offenbach: Les Contes d'Hoffmann (Dans les rôles d'amoureux) - J. Etcheverry (1965)
17 Offenbach: Les Contes d'Hoffmann (Allez, pour te livrer combat)
18 Massenet : Thaïs (Voici le pain) - dir : Jésus Etcheverry (1961)
19 Stravinsky : Oedipus Rex (Dicere non possum) avec Léopold Simoneau - dir : Stravinsky (1952)
20 Bartok: Chant hongrois - piano : Valéry Souder (1962)
21 Bartok: Chant hongrois - piano : Valéry Souder (1962)
22 Bartok: Chant hongrois - piano : Valéry Souder (1962)


11,66 € HT (TVA à 20%)

Berthe MonmartBerthe Monmart      Ref: MR810


1 Glück : Alceste (Divinités du Styx)
dir : Charles Brück 1963
2 Mozart : Idoménée (air d'Electre)
dir : Gustave Cloëz 1960
3 Beethoven : Fidélio (Infâme! Quels noirs desseins)
dir : Robert Benedetti 1958
4 Weber : Der Freischütz (Hélas, sans le revoir)
dir : Gustave Cloëz 1955
5 Weber : Obéron (Océan !)
dir : Robert Benedetti 1958
6 Berlioz : Béatrice et Bénédict (Il m'en souvient)
dir : Pierre-Michel Le Conte
7 Verdi: La Force du Destin (Pace mio Dio)
dir : Charles Brück 1963
8 Schumann : Geneviève (Pour Dieu qui règne sur le monde)
dir : Tony Aubin 1956
9 Lalo : Le Roi d'Ys (De tous côtés j'aperçois dans la plaine)
dir : Maurice Suzan 1967
10 Puccini: Madame Butterfly (Sur la mer calmée)
dir : Ferdinand Leitner 1961
11 Puccini: Manon Lescaut (Seule, perdue, abandonnée)
dir: Pierre-Michel Le Conte 1961
12 Mascagni: Cavalleria Rusticana (Vous le savez, ma mère)
avec Micheline Courtois - dir : Edgard Doneux 1957
13 Dukas: Ariane et Barbe-Bleue (Ah ce n'est pas encore la clarté)
dir: Tony Aubin 1967
14 d'Ollone: La Samaritaine (Il dit encore)
dir: Tony Aubin 1955
15 Charpentier : Louise (Depuis le jour)
dir : Marcel Cariven 1960


11,66 € HT (TVA à 20%)

La Poupée - Edmond Audran 2CDLa Poupée - Edmond Audran 2CD      Ref: MR806
Audran

LA POUPEE

Geneviève PERNET (Alésia)
Blanche DELIMOGES (Mme Hilarius)
Linda FELDER (Josse)
Joseph PEYRON (Lancelot)
Willy CLEMENT (Révérend Père Maximin)
DUVALEIX (Hilarius)
René SMITH (La Chanterelle)
Paul VILLE (Loremois)
Pierre BORI (Frère Balthazar)
Jean VAVELET (Frère Basilic/Le Notaire)
Orchestre lyrique de la RTF
Robert BENEDETTI
(Paris 24/04/1955)

LA MASCOTTE (extraits)

Nadine RENAUX (Bettina)
Liliane BERTON (Fiametta)
Denise CHALLAN - Linda FELDER (2 Paysannes/2 Pages)
Michel DENS (Pippo)
Claude DEVOS (Fritellini)
DUVALEIX (Laurent XVII)
René HERENT (Rocco)
Jacques PRUVOST (Le Sergent Parafante)

Jules GRESSIER
(1953)

Disponible/Available 30 mars 2017


15,83 € HT (TVA à 20%)

La Lépreuse - Sylvio Lazzari 2CDLa Lépreuse - Sylvio Lazzari 2CD      Ref: MR802
C'est le 7 février 1911 que, pour la première fois, une oeuvre lyrique de M. Lazzari fut représentée à Paris,
sur le théâtre national de l'Opéra-Comique : La Lépreuse, tragédie légendaire de Henry Bataille.
Ceux qui ont assisté à la répétition générale ou ,à la première représentation, se souviendront
longtemps des acclamations de la salle entière à la fin de chaque acte et aussi des larmes
de pitié et d'admiration dont personne ne songeait à se défendre.


Jeanne Ségala (Aliette)
Solange Michel (Maria)
Suzanne Darbans (La Vieille Tilli)
Jean Giraudeau (Ervoanik)
Louis Noguéra (Matelinn)
Lucien Lovano (Le Sénéchal)
Georgette Spanellys - Andrée Gabriel
Jacqueline Cauchard - Raymonde Notti-Pagès
(Les Lavandières)
Gustave CLOËZ
(RTF 29/XI/57)

LA TOUR DE FEU
(extraits)
Micheline Grancher (Naïke)
Jean Mollien (Yves) - Jean Giraudeau(Don Jacinto)

Reynald Giovaninetti
(RTF 25/IX/63)

Disponible/Available 30 mars 2017


15,83 € HT (TVA à 20%)

RIMSKY-KORSAKOV  SNEGUROCHKA  2CDRIMSKY-KORSAKOV SNEGUROCHKA 2CD      Ref: MR626
MICHEL, LOVANO, MICHEAU, GORR, PEYRON , BETTI, MOIZAN, ROUX, GIRAUDEAU, COTTRET,HAMEL
Orchestre et Choeur: Direction : Charles BRUCK
(Paris, 10 juin 1955)
Récital Lucien LOVANO
15,83 € HT (TVA à 20%)

Carmen Georges Thill chante Don JoséCarmen Georges Thill chante Don José      Ref: CDRG149
Georges THILL
CARMEN


01 - Ouverture 3.18
02 - Duo José-Micaela "Parle-moi de ma mère…" 7.58
03 - Séguedille " Près des remparts de Séville…" Carmen -José 3.57
04 - "Je vais danser en votre honneur…" Carmen -José 3.51
05 - "La fleur que tu m'avais jetée …" José 3.57
06 - "Non, tu ne m'aimes pas…" Carmen-José- Zuniga- Chœurs 7.19
07 - Prélude du 3° Acte 3.09
08 - Sextuor et Chœurs 3.36
09 -" Quant aux douaniers c'est notre affaire…" Carmen -Frasquita-Mercédès-Chœurs 3.38
10 -" Je dis que rien ne m'épouvante…" Micaela 3.42
11 -" Je suis Escamillo …'' Escamillo-José 5.57
12 -Finale " Halte! Quelqu'un est là " Tous
13 - Duo final "C'est toi, c'est moi…" carmen -José.

Uniquement en téléchargement-download

Version telechargement-dowload à 5.40€,cliquez ici

L'Opéra-Comique N°1L'Opéra-Comique N°1      Ref: CDRG129
Uniquement en téléchargement-download

L'OPERA COMIQUE
VOLUME 1



LOUISE / CHARPENTIER
01 - PRELUDE DE L'ACTE 2 GRAMO DA 4868 / 1934
02 - ACTE 1 "Depuis longtemps j'habitais..."CESAR VEZZANI, JEANNE GUYLA /
GRAMO DB 4970 / 1933
03 - ACTE 2 Scène 2: L'atelier / COLUMBIA RFX 49
04 - ACTE 3 " Depuis le jour" NINON VALLIN / Pathe X 90029
05 - ACTE 4 " Les pauvres gens..." LUCIEN VAN OBBERGH / POLYDOR 516733 / 1932
06 - ACTE 4 Berceuse/ VANNI-MARCOUX/ DB 4950 / 1931
07 - ACTE 4 Duo Final Louise-Le Père "L'enfant serait sage " Ninon VALLIN ET André PERNET
COL RFX 54

GRISELIDIS / MASSENET
08 - Prologue "Ouvrez-vous sur mon front" MIGUEL VILLABELLA / ODEON 188669 / 1928
09 - " Oiseau qui pars..." ROBERT COUZINOU POLYDOR 516 593 / 1928
10 - "Loin de sa femme..." LOUIS MORTURIER / GRAMO DA 4847 /
11 - "Il partit au printemps..." CHARLOTTE TIRARD POLYDOR 516646
12 - " Je suis l'oiseau..." MIGUEL VILLABELLA / ODEON 188669 / 1928

PELLEAS ET MELISANDE / DEBUSSY
13 - Acte 1 Genevieve " La lettre" GERMAINE CERNAY VSM
14 - Acte 2 "Ah ! Tout va bien.." VANNI-MARCOUX / GRAMO DA 902 / 1928
15 - Acte 3 " Mes longs cheveux..." IRENE JOACHIM , JACQUES JANSEN /
16 - Acte 3 " CHARLES PANZERA, YVONNE BROTHIER
17 - Acte 4 " Une grande innocence..." VANNI-MARCOUX / GRAMO DA 902 /

EPUISE
Version telechargement-dowload à 5.40€,cliquez ici

La Danseuse de Tanagra - Les Hirondelles - Hirchmann 2CDLa Danseuse de Tanagra - Les Hirondelles - Hirchmann 2CD      Ref: MR799
Hirchmann

LA DANSEUSE DE TANAGRA

livret de Paul Ferrier et Félicien Champsaur
(création : Opéra de Nice, 8 Février 1911)

Berthe MONMART (Messaline)
Nadine SAUTEREAU (Karysta)
Solange MICHEL (Géo)
Robert MASSARD (Cépéos)
Jean MOLLIEN (Silius)
Michel HAMEL (Manichus)
Lucien LOVANO (Jean)

Chœur et Orchestre Radio-Lyrique
Chef des Chœurs : René ALLIX
Gustave CLOËZ (RTF 1956)

Maryse BEAUJON - La danseuse de Tanagra
12 Je dansais, oui, jadis (Columbia LF?29, Circa 1930)
13 Oui, près de toi LF 29, direction E.Bigot

Henri Hirchmann (sans le S attendu, Hirschmann,

15,83 € HT (TVA à 20%)
lire la suite

The Lost art of  the trillThe Lost art of the trill      Ref: AMR123
LE TRILLE, UN ART PERDU

Les amateurs d’opéra d’un certain âge auront toujours tendance à se lamenter (« On ne chante plus comme autrefois »), et ils auront toujours raison. L’art du chant évolue constamment. Maintenant que nous disposons d’un siècle d’histoire de l’enregistrement, nous sommes en position de juger comment les techniques et les styles se sont transformés au cours de cette période, et comment certaines compétences vocales ont été perdues ou retrouvées.
Lors de représentations récentes du Barbier de Séville à Paris, le ténor américain Lawrence Brownlee a fait preuve, dans les passages ornés, d’une souplesse et d’une vélocité que l’on n’avait plus entendues depuis l’époque de Fernando de Lucia et de Hermann Jadlowker. Mais où étaient les trilles ?
Les compositeurs du XIXe siècle, de Verdi et Wagner jusqu’aux auteurs d’opérettes et de musique légère, considéraient le trille comme un procédé expressif important, et s’attendaient à ce que tous les chanteurs, du soprano léger à la basse profonde, soient capables d’en exécuter. Les trilles de Brünnhilde dans son cri de guerre et la scène de son réveil expriment un bonheur extatique, ceux de Hagen à l’acte II du Crépuscule des dieux traduisent sa joie malveillante. Dans les représentations modernes, il est rare d’obtenir mieux qu’un geste symbolique : l’artiste indique qu’il sait qu’un trille est censé être là. Le Trouvère devrait être un régal pour le fétichiste du trille, avec des exemples nombreux pour trois des principaux protagonistes, mais qui sait encore aujourd’hui que l’air d’entrée de la basse Ferrando en comprend, et que le «Stride la vampa» d’Azucena est hérissé de trilles du début à la fin ? Pour cet air, il faut écouter Luise Willer, mezzo à l’Opéra de Munich entre les deux-guerres : son Azucena a tout le charisme d’une matrone bavaroise, mais elle fait ce qui est écrit et nous livre tous les trilles là où Verdi en a prévu.
Le simple volume nécessaire à se faire entendre par-dessus la lourde orchestration de Wagner et de ses disciples rendit difficile pour les chanteurs de conserver la souplesse vocale exigée par un bon trille. Mais c’est avec l’arrivée du vérisme à la fin du XIXe siècle que le trille en vint à être considéré comme artificiel et anachronique. Puccini dans Manon Lescaut et Strauss dans Ariane à Naxos utilisent le trille comme une forme de couleur locale, pour évoquer l’atmosphère du XVIIIe siècle, précisément à cause de ses connotations archaïques et artificielles. A mesure que les attentes des compositeurs diminuaient en matière de trille, les compétences vocales déclinèrent également.
Si nous voulons entendre des trilles parfaitement maîtrisés et articulés, nettement émis et terminés, prolongés, enflés et diminués à volonté, nous devons remonter aux enregistrements des premières années du XXe siècle. La basse chantante Pol Plançon et le heldentenor Hermann Jadlowker nous offrent l’étalon-or en matière du trille masculin. Avec sa voix de stentor, Léonce Escalaïs nous stupéfie par le brillant et la clarté de son trille dans un air de Robert le Diable. Enrico Caruso nous surprend par la beauté de son bref trille dans « Ombra mai fu » de Haendel, même si la rareté avec laquelle il recourut au trille dans son large répertoire enregistré est peut-être aussi le signe du prestige déclinant du trille à l’époque du vérisme. Même les plus grands chanteurs avaient apparemment leurs jours de « mauvais trille ». Dans son interprétation par ailleurs superlative de l’air « Ah si, ben mio » de Manrico, gravé en 1908, Caruso échoue sur son premier trille et, peut-être découragé, n’essaye même pas d’émettre le deuxième. Le ténor, qui enregistrait souvent des prises alternatives, n’estima évidemment pas la chose assez grave pour tenter de faire mieux. La version exactement contemporaine, due au ténor français Charles Dalmorès, est tout aussi mystérieuse. Dalmorès se contente la première fois d’un passage proprement exécuté avant de nous offrir ce qui est peut-être le plus beau trille dans le genre. Bien que virtuose du trille, comme nous le savons, Léonce Escalaïs choisit de ne pas les chanter dans l’air du Trouvère. Peut-être, au début du XXe siècle, une conception de plus en plus machiste du rôle de Manrico excluait-elle ce genre de raffinement vocal, dans l’esprit de certains chanteurs.
Les sopranos germaniques Irene Abendroth, Margarethe Siems et Selma Kurz nous emmènent dans les terres les plus étranges de la virtuosité. Le célèbre « Kurz trill » (littéralement « trille court ») ressemble un peu à un numéro de cirque et irritait certaines collègues de Kurz par sa longueur excessive. Au disque, les trilles de Selma Kurz devraient être accompagnés d’une mise en garde : dans l’intérêt de sa santé, l’auditeur ne doit pas retenir sa respiration. Patti âgée est un exemple de perfection plus limpide, et la spontanéité de Marcella Sembrich montre plus d’aisance. Ernestine Schumann-Heink et Dame Clara Butt, contraltos à la voix puissante, sont aussi stupéfiantes dans le Brindisi virevoltant de Lucrèce Borgia qu’un éléphant faisant des pirouettes en tutu. Dans l’entre-deux-guerres, de nombreux artistes – Ponselle, Rethberg, Leider, Lubin, Endrèze et Joseph Schmidt, entre autres – étaient encore capables d’émettre un trille respectable. Sigrid Onegin et Gabrielle Ritter-Ciampi étaient exceptionnelles, car elles avaient gardé la virtuosité des chanteurs d’une époque antérieure. Sans rien de voyant, les trilles d’Elisabeth Schumann ont un peu de l’équilibre raffiné de Patti. Le trille qui est le point culminant de son quintette des Maîtres chanteurs n’a certainement jamais été égalé par la suite. Même s’il ne sont pas aussi précisément déliés que ceux de ses prédécesseurs, David Devriès provoque encore un ravissement étonné avec la série montante de trilles qu’il interprète dans la « Rêverie » de George Brown.
Dans les années 1940, le trille était devenu la propriété quasi exclusive des sopranos coloratures spécialisées. Maintenant que tant d’autres compétences propres au bel canto ont été reconquises, il est temps que les chanteurs modernes commencent à écouter ces enregistrements anciens et se mettent sérieusement au travail !


01.Pol Plançon: Martha (Flotow) Chanson du Portier Mat. 4346-1 HMV AGSA 45 rec 27/3/07
02.Hermann Jadlowker: Il Barbiere di Siviglia (Rossini)
Ecco ridente Gramophone (253 al 1) 052385 rec 26/9/12
03.Léonce Escalaïs: Robert le Diable (Meyerbeer) “Au Tournoi” 39414
04.Enrico Caruso: Serse (Handel) “Ombra mai fu” mat. C=23714-5 Victor 88617
05.Margarethe Siems: Les Huguenots (Meyerbeer) “O glucklich’ Land” P-513/P-246
06.Selma Kurz: “Der Vogel im Walde” (Taubert) Mat.9884v rec 1907
07.Selma Kurz: Un Ballo in Maschera (Verdi) “Saper vorreste” 2486b G&T4330
08.Adelina Patti: La Sonnambula (Bellini) “A non credea” Mat rec 683 rec 1906
09.Marcella Sembrich: Die lustige Witwe (Lehar) “Dolce amor” c 5044-1 Victor 88107
10.Ernestine Schumann-Heink: Lucrezia Borgia (Donizetti) Brindisi Mat. C 2978-1 Victor 85096
11.Dame Clara Butt: Lucrezia Borgia (Donizetti) Brindisi 3487 f rec 16/7/09
12.Dame Clara Butt: Serse (Handel) “Ombra mai fu” 6655-3
13.Sigrid Onegin: Lucrezia Borgia (Donizetti) Brindisi CVE 50907-2 Victor7191
14.Elisabeth Schumann: Der Obersteiger (Zeller) “Sei nicht bös” Bb18665-2 rec 17/2/30
15.Joseph Schmidt: L’Elisir d’Amore (Donizetti) “Una furtive lagrima” Ultraphon/Telefunken E55
16.Rosa Ponselle: Ernani (Verdi) “Ernani ! Ernani, involami” CVE29062-6 Victor 6875 B
17.David Devries: La Dame Blanche (Bo?eldieu) Rêverie xxP6659-2
18.Rosa Ponselle: Il Trovatore (Verdi) “D’amor sull’ ali rosee” Mat 49559-4
19.Irene Abendroth: Il Trovatore (Verdi) “Di tale amor” (0)776x-Di-22 43243
20.Charles Dalmores: Il Trovatore (Verdi) “Ah ! Si, ben mio” 85123 rec 1907
21.Joseph Schmidt: Il Trovatore (Verdi) “Dass nur für mich dein Herz erbebt” Ultraphon A 998
22.Sigrid Onegin: Il Trovatore (Verdi) “Lodernde Flammen” Grammaphon 70621 19253 1
23.Luise Willer: Il Trovatore (Verdi) “Lodernde Flammen”
24.Elisabeth Schumann: Die Meistersinger von Nürnberg (Wagner)
Quintette (avec Schorr, Melchior, Parr, Williams) G.D. 2002Vic 6882 . dc
25.Tiana Lemnitz: Die Meistersinger Chant du concours C.L.X 646
26.Ludwig Weber: Götterdämmerung (Wagner) “Hoi-Ho!” C.L.X.636/7
27.Frida Leider: Die Walküre (Wagner) Cri de guerre de Brünnhilde G.DB 1720/1
28.Germaine Lubin: Siegfried (Wagner) “Dès l’origine” (“Ewig war”) xxP7025-2
29.Gabrielle Ritter-Ciampi: L’Allegro, il Penseroso ed il Moderato (Haendel)

THE LOST ART OF THE TRILL

Opera lovers of a certain age will always be likely to lament “Things aren’t what they used to be” and that will always be true. The art of singing is constantly evolving. Now that we have over a century of recording history we are in a position to evaluate how techniques and styles of singing have changed over that period and how certain vocal skills have been lost or regained.
In recent Paris performances of Rossini’s Barbiere, the American tenor Lawrence Brownlee demonstrated a flexibility and velocity in the florid passages not heard since the days of Fernando de Lucia and Hermann Jadlowker. But where were the trills?
Nineteenth century composers from Verdi and Wagner to the authors of operetta and light music regarded the trill as an important expressive device and expected all singers from high sopranos to the basso profundo to be able to execute them. Brunnhilde’s trills in her battle cry and her awakening scene express ecstatic joy and Hagen’s in act II of Götterdämmerung, malignant glee. In modern performances it is rare that we get more than a token gesture to indicate that the singer is aware that the trill is supposed to be there. Verdi’s Il Trovatore should be a banquet for the trill fetichist with multiple trills for three of the main protagonists, but who knows today that the bass Ferrando is also required to trill in his opening aria and that Azucena’s Stride la vampa! bristles with trills from end to end. For this aria we need to listen to the Munich house mezzo of the interwar period Luise Willer, whose Azucena has all the charisma of a Bavarian Hausfrau but who does what she is told and gives us all of Verdi’s trills where they are supposed to be.
The sheer volume needed by singers in order to make themselves heard over the heavy orchestration of Wagner and his followers made it difficult for singers to maintain the vocal flexibility required for good trills. But it was with the advent of Verismo at the end of the nineteenth century that the trill came to be regarded as artificial and anachronistic. Puccini (Manon Lescaut) and Strauss (Ariadne auf Naxos) used the trill as local colour to evoke the atmosphere of the 18th Century, quite specifically because of its archaic and artificial connotations. As composers expectations diminished as far as the trill was concerned so the vocal skill withered on the vine.
If we want to hear trills that are perfectly controlled and articulated, neatly launched and ended, and prolonged, swollen and diminished at will, we have to go to recordings from the earliest years of the twentieth century. The basso cantante Pol Plancon and the Heldentenor Hermann Jadlowker offer us the gold standard as far as male trills are concerned. The stentorian Léonce Escalais astonishes with the brilliance and clarity of his trill in an aria from Robert le Diable. Enrico Caruso surprises us with the beauty of his brief trill in Handel’s Ombra mai fu though the infrequency with which he used trills in his extensive recorded repertoire was also perhaps evidence of the declining prestige of the trill in the Verismo period. Even the greatest singers could apparently have “bad trill” days. In the otherwise superlative account of Manrico’s Ah si ben mio Caruso recorded in 1908 he makes a poor attempt at the first trill and perhaps discouraged by the relative failure of his first trill makes no attempt at the second. Evidently Caruso who often made alternative takes, did not think it important enough to have another go at improving the trills. The exactly contemporary version by the French tenor Charles Dalmores is equally mysterious. Dalmores contents himself first time round with a neatly executed turn before going on to present us with perhaps the best trill to be heard on record in this music. Though he possessed a virtuoso trill as we know, Léonce Escalais chose not to sing the trills in the Trovatore aria. It maybe that in the early twentieth century, an increasingly “macho” conception of the role of Manrico precluded such vocal refinements for some singers.
Germanic sopranos Irene Abendroth, Margarethe Siems and Selma Kurz take us to the most outlandish reaches of virtuosity. The notorious “Kurz trill” (“short trill) is something of a circus act and irritated some of Kurz’s fellow performers with its excessive length. On record Selma Kurz’s trills should be accompanied by a health warning to listeners not to hold their breath. The aging Patti offers more limpid perfection and Marcella Sembrich more easy spontaneity. The big-voiced contraltos Ernestine Schumann-Heink and Dame Clara Butt are as astonishing as an elephants performing pirouettes in tutus in the riotous Brindisi from Lucrezia Borgia.
In the interwar period there were still plenty of singers, Ponselle, Rethberg, Leider, Lubin, Endrèze and Joseph Schmidt amongst them, who could offer a respectably well-turned trill. Sigrid Onegin and Gabrielle Ritter-Ciampi were exceptional in retaining some of the virtuosic flair of earlier singers. Elisabeth Schumann’s trills though not showy have something of Patti’s refined poise. Her climactic trill in the Meistersinger Quintet has surely never been equalled since. David Devries’ upwardly rising series of trills in the Rêverie de George Brown if not quite as sharply articulated as those of earlier singers still provokes amazed delight.
By the 1940s the trill had become the almost exclusive property of specialist coloratura sopranos. Now that so many other Bel Canto skills have been regained it is time that modern singers began to listen to these old recordings and got down to some hard work!
Patrick BADE

Disponible le 5 décembre 2016
7,50 € HT (TVA à 20%)

L'aiglonL'aiglon      Ref: MR792
Drame musical en Cinq actes
Poème d'Edmond ROSTAND
adapté par Henri CAIN

Musique d'Arthur HONEGGER et Jacques IBERT

Géori BOUÉ : L'Aiglon, Duc de Reichstadt
Xavier DEPRAZ : Séraphin Flambeau
Roger BOURDIN : Le Prince de Metternich
Lucien LOVANO : Le Maréchal Marmont
Joseph PEYRON : Frédéric de Gentz
Michel HAMEL : L'Attaché Français
Gustave WION : Le Chevalier de Prokesch-Osten
Liliane BERTON : Thérèse de Lorget
Agnès DISNEY : Marie-Louise
Yvettes DARRAS : La Comtesse Camerata

Chœurs de l'ORTF direction René ALIX
Orchestre Radio-Lyrique, direction Pierre DERVAUX



10,83 € HT (TVA à 20%)


VOUS ETES ICI :NOUVEAUTES  | MALIBRAN